ki news?
Publicité
 
actualités

Syrie: un général accusé de la mort de journalistes étrangers tué

19 Oct 2017
  • augmenter la taille du texte   réduire la taille du texte
Beyrouth (AFP)
Le général Issam Zahreddine à Deir Ezzor le 10 septembre 2017

Un général syrien accusé d'avoir planifié le bombardement qui a coûté la vie en 2012 à la journaliste américaine Marie Colvin et au photographe français Rémi Ochlik a été tué par l'explosion d'une mine dans l'est du pays.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Issam Zahreddine, général de division au sein de la Garde républicaine, a été tué mercredi à l'âge de 56 ans par l'explosion d'une mine à Deir Ezzor, une ville reprise presque totalement par le régime.

Des sources prorégime ont rapporté également sa mort dans l'explosion d'une mine, tandis que le quotidien prorégime Al-Watan a indiqué qu'il avait été tué dans "des opérations militaires contre l'EI" dans la ville.

Adulé par les partisans du régime de Bachar al-Assad, le général Zahreddine avait mené la bataille contre le groupe Etat islamique (EI) à Deir Ezzor, où ses hommes ont été assiégés pendant plus de deux ans jusqu'à ce que l'armée brise ce siège début septembre.

Accusé d'avoir participé à la répression dès 2011 de la révolte contre le régime, il avait mené notamment la bataille pour chasser les rebelles de Homs (centre).

Photo obtenue auprès du journal britannique Sunday Times le 22 février 2012 de la journaliste américaine Marie Colvin, tuée la même année en Syrie.

Dans un procès intenté en 2016 aux Etats-Unis, la famille de la journaliste américaine Marie Colvin l'avait accusé d'être l'un des responsables de la mort de la reporter.

D'après la famille, le bombardement du centre médiatique de militants antirégime à Homs où se trouvait Mme Colvin et le photographe français Rémi Ochlik, était le résultat d'un plan "établi aux plus hauts niveaux du gouvernment syrien".

"Le plan a été exécuté par les forces militaires syriennes sous le commandement du général Issam Zahreddine", avait indiqué la famille.

Le général Zahreddine était l'un des plus importants hauts gradés issus de la communauté druze au sein de l'appareil sécuritaire du régime.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de puissances étrangères et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Grâce à l'aide de son allié russe, le régime a réussi depuis 2015 à récupérer une bonne partie des territoires qu'il a perdus face aux rebelles et jihadistes.

publicité

à lire aussi sur Orange.mu

related videos

recherche

publicité

most viewed posts

publicité