L'Iran nie toute dimension militaire à son programme spatial

  • Posted 12 Feb 2020
Téhéran (AFP)
Photo distribuée par le ministère de la Défense iranien montrant une fusée chargée du lancement d\'un satellite sur un site non localisé en Iran, le 27 juillet 2017

Le ministre de la Défense iranien a réfuté mercredi les affirmations de Washington selon lesquelles le programme spatial de la République islamique avait une dimension militaire, quelques jours après la nouvelle tentative de lancement par Téhéran d'un satellite.

"Le dossier du matériel de lancement des satellites et des satellites est une affaire civile", a affirmé le ministre de la Défense Amir Hatami, cité par l'agence officielle Irna.

"Nous pouvons utiliser un satellite à des fins défensives, mais le lanceur spatial est un dossier qui n'est pas du tout défensif, et c'est un droit absolu et défini de la nation iranienne", a-t-il ajouté.

"Il n'y a aucune interdiction au monde" contre ce programme spatial, selon le ministre.

L'Iran a lancé dimanche un nouveau satellite d'observation scientifique, Zafar, mais a échoué à le mettre sur orbite.

Mardi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a accusé l'Iran de vouloir renforcer ses compétences dans le domaine des missiles balistiques par le biais du lancement de satellites.

"Les technologies utilisées pour mettre des satellites en orbite sont pratiquement identiques et interchangeables" avec celles utilisées pour "les missiles balistiques intercontinentaux", a-t-il dit.

Mais M. Hatami a indiqué que l'Iran allait poursuivre son programme spatial, prévoyant le lancement d'une nouvelle version du satellite Zafar au début de l'année prochaine.

"Le Zafar 2, compte tenu de son poids, sera lancé par le lanceur Simorgh", a affirmé le ministre, en référence à la fusée utilisée pour le lancement de dimanche dernier.

"Nous allons toutefois faire des recherches sur le lanceur et les satellites et nous poursuivrons certainement ces recherches jusqu'à être stables dans le domaine", a-t-il ajouté.